Vernis pour planchers de bois franc ; quelques éclaircissements

par Denis Linteau |

Les planchers prévernis sont durs à battre en termes de fini. Les procédés de production employés en usine y sont pour quelque chose.

Cela dit, un expert-sableur qui refait un plancher de bois franc à domicile peut compter aujourd’hui sur des vernis de très grande qualité et obtenir d’excellents résultats.

De plus, la gamme de produits moins toxiques à base d’eau offerte par diverses compagnies permet de réduire la complexité de l’étape du vernissage, tout en donnant des finis très durables.

 

Qu’est-ce qu’un vernis ?

Un vernis pour bois est une préparation liquide non pigmentée. Une fois appliqué et séché, ce composé forme une pellicule dure, adhérente, translucide et continue également appelé le feuil.

Généralement, un vernis est un amalgame de deux éléments : un diluant ou solvant et une résine.

Lorsque le produit est en pot, les deux éléments sont en phase liquide. Ce n’est qu’une fois que le vernis est appliqué sur le plancher que le diluant s’évapore et que la résine durcit au sol, créant un feuil.

On classe les différents vernis en fonction de leur type de diluant et non de leur résine. Il y a notamment les vernis à base d’eau, les vernis à base d’huile (produits pétroliers) et ceux à base d’alcool.

Le niveau de résistance à l’usure d’un vernis varie selon sa composition et son niveau de brillance est habituellement prédéterminé : fini mat, satiné, semi-lustré, lustré, etc.

Par ailleurs, il est bon de mentionner qu’aujourd’hui, les professionnels utilisent des vernis beaucoup moins toxiques et dommageables pour l’environnement qu’auparavant.

 

Les vernis toxiques

La perception négative de la population concernant la remise à neuf des planchers de bois franc a longtemps été entretenue non pas tant par la poussière que le sablage produisait, mais surtout à cause des fortes odeurs résultant du vernissage.

Durant une longue période, aucune normes ne régissaient la composition des vernis et leur émission de composés organiques volatils (COV).

De ce fait, la majorité des sableurs utilisaient des vernis à base d’huile et d’uréthane, un mélange nocif pour l’environnement et pour la santé humaine.

L’obligation de quitter les lieux, de faire aérer les pièces pendant plusieurs jours et de transporter toute nourriture à l’extérieur de la maison découlait, par le fait même, de cette raison.

Toutefois, en 2010, une législation fixa une limite de 350 g de COV par litre pour l’ensemble des vernis fabriqués ou importés au Canada.

Deux ans plus tard, les vernis composés d’uréthane et de leurs solvants d’hydrocarbure traditionnels furent interdits. Il s’agit d’une excellente décision pour la santé de tout le monde !

 

Une évolution, mais encore des défauts

Les fabricants de vernis pour professionnels modifièrent donc la composition de leurs produits. Le polyuréthane remplaça l’uréthane, et ce tant dans les vernis à base d’huile que ceux à base d’eau.

Bien qu’ils dégageaient encore une forte odeur à l’application, les vernis à base d’huile sont restés populaires, car ils étaient relativement abordables, faciles à appliquer et conservaient leur lustre.

Par contre, leur résistance à l’abrasion avait diminué. D’où l’arrivée des vernis dits hygroréactifs, c’est-à-dire qui mûrissent à l’humidité.

Ces vernis (type Crystal) donnent un fini cristallin et très résistant. Ils ne « soudent » pas les planches du plancher les unes aux autres comme j’ai pu l’entendre et ils demeurent très toxiques.

Les vernis d’huile et de polyuréthane ont aussi comme défauts de jaunir avec le temps et de sécher lentement, soit entre 16 et 24 heures.

C’est pourquoi les vernis à base d’alcool, employés en Europe depuis les années 1990, ont aussi été utilisés au Québec à partir de 2005.

Plus résistants et magnifiant le grain du bois, ces vernis sèchent en une heure ou deux seulement et ne requièrent pas des conditions d’humidité particulières pour obtenir l’effet souhaité.

Malheureusement, ils sont tout aussi toxiques que les vernis à l’uréthane et lors de leur application, une très bonne ventilation est de mise.

 

Les vernis à base d’eau : la vraie solution

Comme c’est le cas pour les peintures au latex, les vernis à base d’eau ne datent pas d’hier. À leur apparition, ils n’étaient pas très résistants à l’abrasion, d’où leur marginalité.

Au fil des années, de nombreuses améliorations furent apportées par les fabricants ; si l’ajout d’acrylique ne fut pas une bonne idée sur le niveau de toxicité, le passage au polyuréthane a contribué à faire des vernis à l’eau des produits avantageux.

De nos jours, ces produits pour plancher de bois franc sont réellement supérieurs. Ils sont très peu toxiques et pratiquement inodores, sèchent assez rapidement, ne tendent pas à jaunir.

Et par-dessus tout, ils s’entretiennent facilement tout en étant extrêmement résistants, et ce, peu importe leur niveau de lustre.

Quant à leur réaction possible au calcium, la question ne se pose plus, car tout bon sableur applique d’abord une couche de scellant sur le bois nu avant de vernir.

Seule ombre au tableau : le durcissement complet des vernis à base d’eau n’est effectif, pour ce qui est des produits les moins performants, qu’après un mois.

Il faut également en appliquer plusieurs couches, car le feuil créé à chaque application est plus mince comparativement à celui d’un vernis à l’huile.

Cela s’explique par la différence entre la quantité de matière solide (résine) que peuvent contenir l’eau et l’huile, soit respectivement 30 % et 50 %.

En revanche, pas besoin de quitter la maison ni de vider le frigo pendant le vernissage, ce qui, selon moi, est l’un des avantages les plus importants du vernis à base d’eau !

 

Les vernis Bona et le nec plus ultra du vernissage

Leader depuis près de 100 ans, l’entreprise suédoise Bona permet aux experts en planchers de bois franc d’offrir les plus hauts standards de qualité à leurs clients.

Le fabriquant propose une gamme de vernis séchant jusqu’à quatre fois plus rapidement que les autres produits retrouvés actuellement sur le marché.

Sans aucun solvant et composé d’une résine 100 % polyuréthane, les vernis à base d’eau Bona font partie des produits certifiés Environmental Choice®.

Ils ne dégagent aucune odeur incommodante en raison de leur faible teneur en COV qui, soit dit en passant, surpasse de 30% les normes fédérales et provinciales en matière de qualité de l’air pour ce type de produit.

En fini mat, satiné, semi-lustré ou lustré, les vernis Bona sont aussi très résistants. Le vernis Bona Traffic, plus particulièrement, est l’un des plus performants sur le marché.

Il protège et fait ressortir la beauté du bois, mais sans le plastifier, un peu à la manière d’un parquet huilé.

 

De toute beauté !

Articles similaires

Qu’est-ce qu’un Artisan Certifié Bona
Sélection Bois Francs & Bona : des bases solides
Les techniques pour rafraîchir un escalier de bois

Laisser un commentaire

Obligatoire*