Comment bien vernir un parquet ? – 2e partie

par Denis Linteau |

Nous sommes de retour avec un nouvel article portant sur les secrets d’un bon vernissage de plancher. Assurez-vous d’avoir lu la première partie de ce sujet pour réellement devenir un as du vernis.

Le vernissage d’un plancher de bois franc ne s’effectue pas en une seule étape. Effectivement, la préparation et le scellement du bois sont d’abord nécessaires. Puis, vient l’étape de l’application du vernis à proprement parler.

En utilisant d’excellents produits, comme les vernis Bona, deux couches sont normalement requises, avec un polissage spécifique intercalé entre chacune d’entre elles.

Bien vernir un parquet comporte évidemment ses exigences.

 

Un plancher protégé au look naturel

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, je n’ai pas beaucoup employé le terme « vitrification » jusqu’ici. En fait, je préfère plutôt parler de vernissage.

En Europe et chez certains fabricants de vernis, on utilise toujours cette expression qui, techniquement, désigne la stabilisation ou la transformation d’un matériau en un solide inerte.

Cependant, lorsque l’on sait qu’un plancher de bois franc continu de travailler une fois verni, qu’il reste en quelque sorte « vivant » selon la température et l’humidité, parler de vitrification me semble inapproprié.

Il y a quelques années, le look très brillant, très lustré était à la mode pour les planchers de bois de franc domestiques. On cherchait à les envelopper d’une pellicule hyper dure, comme pour les glacer ou les plastifier.

J’imagine que l’utilisation du terme vitrification, même exagérée, vient de cette technique. Aujourd’hui, la demande est assez différente : les gens préfèrent de loin un look naturel pour les planchers de leur maison.

Pour suivre cette tendance, les grands fabricants comme Bona ont développé des vernis qui protègent le parquet, sans pour autant donner une apparence artificielle ou plastifiée au bois.

 

Rien n’est assuré après la 1re couche de vernis

Une fois le scellant appliqué et sec, les surfaces nettoyées et le vernis bien mélangé et filtré, l’application de la première couche de vernis peut se faire. La technique est la même que pour l’application du scellant soit par l’emploi du rouleau et du pinceau.

Il faut en mettre généreusement et uniformément, sans toutefois étirer le vernis ni créer de flaques. Avec Bona, la proportion des quantités à utiliser est la suivante : 1 litre de vernis est nécessaire pour couvrir 100 pi2 de plancher et ce, peu importe l’essence du bois.

On utilisera des manchons dédiés aux poils de 12 à 15 mm et le fini adopté, qu’il soit mat, semi-lustré ou lustré, n’a pas d’incidence sur le processus.

Cette première couche de vernis peut mettre jusqu’à quatre heures à sécher, lorsque les conditions sont mauvaises, c’est-à-dire lorsque l’humidité est élevée et que l’air est frais.

Attendre six heures avant de marcher sur le plancher est l’idéal, si possible sans porter de souliers à semelles dures et de manière limitée.

Pourquoi ? Simplement parce que la première couche de vernis a créé un feuil plutôt rugueux. Le vernis a pénétré juste assez dans le bois pour s’y accrocher, mais il a prolongé les fibres de bois déjà soulevées par le scellant.

À ce stade, le plancher est plus salissant et encore fragile. D’ailleurs, il ne faut pas laisser des animaux domestiques se promener sur le parquet.

 

Le polissage : une étape cruciale

C’est pour diminuer de manière contrôlée la rugosité du plancher qu’un polissage doit avoir lieu après la première couche de vernis. Encore une fois, le dosage est ici important.

On ne vise pas à obtenir une surface parfaitement lisse. Il faut plutôt laisser du mordant à la surface sous forme de pics microscopiques qui offriront une prise solide à la seconde couche de vernis.

Autrement, le feuil se décollera ou se déformera lors d’une friction le moindrement importante. Les artisans évitent donc d’utiliser un papier sablé de grade 300 ou 400; ils optent plutôt pour une abrasion de niveau 220.

Cette opération se fait à l’aide de la même polisseuse ayant servie lors du ponçage de finition du bois nu. Cette fois, ce ne sont que les pointes des fibres qui sont raccourcies : on ne ponce que du vernis à cette étape.

Les poussières de vernis alors produites sont très fines et très légères. C’est pourquoi, chez Sélection Bois Francs, on se sert toujours du système Bona sans poussière lors de ce polissage.

Après ce dernier, il est possible de marcher sur le plancher, cependant, nos artisans certifiés ont l’habitude d’enchaîner rapidement les étapes afin d’éviter toute contamination de la couche de vernis suivante.

 

La touche finale

Pour cette dernière phase, la procédure préalable se répète : aspirateur, vadrouille à effet statique, dépoussiérage des vêtements et examen visuel.

Cette fois, l’étape de préparation des contenants est quelque peu différente : un catalyseur est ajouté au vernis afin que celui-ci durcisse progressivement. Vient ensuite la double filtration du produit obtenu.

Finalement, c’est l’application du vernis sur le plancher, au rouleau et au pinceau. On conserve une fois de plus la même méthode.

Deux artisans sont à l’œuvre et celui qui travaille au niveau du sol valide visuellement l’uniformité de la couche de finition.

La référence quantitative est elle aussi la même soit 1 litre pour 100 pi2.

Dans les pires conditions ambiante, le vernis de finition Bona se « place » en deux heures, sèche en six heures et atteint 70 % de sa dureté en 48 heures. Après sept jours, il aura acquis sa pleine résistance aux chocs.

Cependant, il est possible de marcher sur le plancher nouvellement verni après 72 heures, mais en le faisant doucement. On ne peut toutefois pas laver le parquet avant 30 jours.

 

Précaution du pro

Attention aux autres rénovations possibles dans la maison. Il faut toujours connaître la nature et les dates de réalisation des travaux.

Surtout lorsqu’ils nécessitent l’emploi de produits tels les colles fortes, les solvants, les silicones ou encore les laques dans les heures suivant l’application d’un vernis.

Il s’agit d’une précaution à prendre pour éviter les problèmes qui surviennent presque systématiquement lorsque le plancher de bois francs nouvellement vernis est exposé à ces types de produits.

La raison est simple : certains gaz dégagés par ceux-ci se déposent sur le plancher et entrent en réaction avec le vernis lorsqu’il durcit. Un fini « peau d’orange » pourrait même résulter de cette réaction.

Chez Sélection Bois Francs, nous prenons toujours le temps de nous informer auprès du client ou de l’entrepreneur responsable des travaux.

Nous sommes même prêts à repousser l’étape du vernissage pour contrer de ce problème. Autrement, nous faisons aérer la maison lorsqu’il y a un risque que les autres rénovations aient un impact négatif sur la remise à neuf des planchers de bois franc.

 

Vous détenez maintenant toute l’information que nos experts chez Sélection Bois Francs ont su développer au fil des ans pour réussir le vernissage d’un plancher de bois franc.

N’hésitez-pas à contacter les membres de notre équipe pour obtenir une soumission gratuite de votre projet de vernissage !

Articles similaires

Qu’est-ce qu’un Artisan Certifié Bona
Sélection Bois Francs & Bona : des bases solides
Les techniques pour rafraîchir un escalier de bois

Laisser un commentaire

Obligatoire*