Bois franc et coloration : teindre un plancher demande de l’expérience

par Denis Linteau |

La coloration d’un plancher de bois franc n’est pas une étape simple qu’on peut décider d’inclure en cours de projet. Au contraire, il faut absolument prévoir et planifier cette opération.

Teindre un parquet demande des connaissances, un sens esthétique ainsi qu’une méthode particulière.

D’ailleurs, lorsque l’on décide de teindre un plancher, certains ajustements y seront préalables durant l’étape du sablage. De plus, les tests de couleur sont incontournables si on veut éviter les écarts et les déceptions.

 

Parler couleurs dès le départ

Mes clients ont souvent déjà une bonne idée de ce qu’ils désirent comme teinte pour leur plancher de bois franc.

C’est pourquoi, en début de projet, je leur apporte toujours quelques échantillons de teinture susceptibles de correspondre à ce qu’ils m’ont décrit ou qui ressemblent aux photos qu’ils m’ont envoyées.

Il n’est pas rare que l’une ou l’autre des 26 couleurs de base composées par Bona leur plaise toute de suite. Si ce n’est pas le cas, il faut alors poser beaucoup de questions puisque chaque personne perçoit un peu différemment les couleurs.

C’est à ce stade que le sens de l’écoute des professionnels entre en jeu et qu’il permet de bien commencer la procédure menant à la teinte voulue par le client.

Chez Sélection Bois Francs, nous avons développé une grande expertise dans la création de couleurs à partir des teintures Bona DriFast exclusivement.

 

Il faut (pré)voir l’apparence du plancher

Disons que, pour le relookage de son vieux parquet en érable, un client penche pour un brun relativement foncé, la teinte Jacobean par exemple.

Est-ce que la question couleur est alors réglée ? Pas du tout. Il faut aller beaucoup plus loin dans la démarche du choix de la teinture.

Effectivement, en fonction du type de bois mis à nu et de la luminosité ambiante dans la pièce, il se peut que la teinte choisie apparaisse légèrement différente une fois appliquée.

D’où l’importance de faire des tests de couleur en situation réelle, directement sur le plancher du client.

De plus, ces simulations à petite échelle permettent d’anticiper grandement l’effet de la teinte choisie sur la décoration et sur l’ambiance dans la pièce.

Le client est ainsi mieux outillé pour faire son choix. Opter pour un brun plus pâle, comme la teinte Early American par exemple, pourra alors s’avérer un choix judicieux.

 

Des tests de couleur rigoureux

Les tests qui servent à choisir la teinte du parquet à restaurer se font dès la première journée des travaux. Pour s’y faire, des zones de simulation sont déterminées dans la pièce à revitaliser.

Concrètement, le plancher est sablé de manière à ce que le bois soit mis à nu par endroits seulement.

Trois, quatre et parfois même cinq carrés de 16po par 16po sont ainsi formés. Chacun d’entre eux reçoit les étapes de préparation d’une teinte complète de plancher, soit les différents ponçages et l’humidification.

Ensuite, des teintures différentes sont appliquées sur le bois de ces carrés. Une fois que tout a suffisamment séché, soit après environ deux heures, chaque surface témoin reçoit une couche de scellant afin que la simulation soit optimale.

À son retour du travail, le client dispose alors de temps pour déterminer quelle teinte il préfère. Ces tests lui permettent d’avoir l’heure juste sur l’apparence de la couleur finale que revêtira le bois après les travaux.

 

Une préparation spéciale du bois

Comme nous l’avons mentionné un peu plus tôt, la coloration d’un plancher signifie également des ajustements préalables lors du sablage.

Effectivement, bien que la teinture cache les défauts du bois, elle fait, en contre partie, ressortir tout manque d’uniformité dans le fini.

Outre les passes habituelles, un ponçage supplémentaire est donc requis. Chez Sélection Bois Francs, nous y allons de deux autres opérations :

  • Un ponçage de contour près des murs. Celui-ci sert à effacer les possibles marques faites par les bordureuses et toute démarcation résultant de l’utilisation de sableuses différentes.
  • Un polissage de finition à la grandeur du plancher, ce qui implique d’approcher la polisseuse très près des murs (1/2 po).

Le premier sablage complémentaire s’effectue avec des ponceuses orbitales (Makita, Bosch) munies d’un disque d’abrasion de 6 po de diamètre, d’un éclairage intégré et d’un système optimisé de captation de la poussière.

Comme leur disque tourne plus lentement, un papier sablé 120 est alors employé.

Le sablage final se fait avec les polisseuses Bona habituelles, mais dotées cette fois d’un papier abrasif numéro 150. Un nettoyage avec aspirateur et vadrouille à effet statique est ensuite requis.

Puis, il faut mouiller le parquet à l’aide d’un linge humide. Cette étape importante permet d’ouvrir uniformément le grain du bois. L’opération de teinture commence généralement le lendemain.

Entre ces deux dernières phases, il faut éviter de marcher sur le plancher (sauf en pieds de bas) ou que des animaux domestiques s’y promènent.

 

Teindre un plancher : un travail d’équipe

La teinture s’applique toujours dans le sens de la longueur des planches. Deux artisans travaillent de concert pour obtenir les meilleurs résultats possible.

Le premier s’occupe du découpage au pinceau en créant une bordure de 4 à 5 po le long des murs. Le deuxième reste debout et se sert d’un applicateur spécial pour traiter le parquet.

Ce dernier doit également s’assurer que le bois se colore suffisamment, qu’il « boive ce qu’il a à boire ».

Des bandes de 3 pi sont teintes les unes après les autres en se chevauchant légèrement, mais sans interruption.

La teinture est appliquée le plus uniformément possible; après 30 à 60 secondes d’absorption, l’excédent est essuyé au fur et à mesure à l’aide d’un tissu synthétique conçu à cette fin.

Avec la teinture à base d’huile Bona, il est possible de couvrir environ 150 pi2 avec un litre, peu importe la couleur choisie ou l’essence de bois à teindre.

Finalement, il est important que, tout au long du processus que les deux professionnels synchronisent leur vitesse de travail dans le but d’éviter toutes démarcations sur le plancher de bois.

 

Application et applicateurs

Règle générale, la teinture n’est pas mise directement sur le plancher, mais plutôt dans une panne à peinture.

L’un des artisans y trempe l’applicateur, puis fait glisser celui-ci sur les planches dans un mouvement d’avant-arrière.

Cet applicateur est formé d’une pièce de bois de 12po x 2po x 4po que l’on fixe au bout d’un long manche et à la base de laquelle se trouve un manchon absorbant.

Si le plancher est très endommagé ou si les espaces entre ses planches sont plus larges et foncées, le manchon utilisé est fabriqué en peau de mouton de 20 mm d’épaisseur afin d’appliquer davantage de teinture.

Si le parquet est normalement usé, un manchon en peau synthétique de 10 mm d’épaisseur fait amplement l’affaire. J’utilise cette peau synthétique dans 80 % des cas.

Il arrive parfois que je me serve d’une polisseuse de finition pour teindre. L’appareil est alors muni d’un tampon dédié. Cependant, cette technique demande beaucoup d’expérience et de doigté, car elle est plus propice aux éclaboussures.

Les teintures Bona Drifast sèchent plus rapidement que leurs concurrentes. Chez Sélection Bois Francs, nous utilisons exclusivement ces produits.

Cependant, étant donné les conditions météorologiques aussi changeantes du Québec, nous attendons systématiquement au lendemain avant de procéder aux étapes suivantes.

À ce moment, la première étape est de vérifier visuellement l’apparence du bois. S’il semble manquer de teinture à certains endroits, un léger sablage avec un papier 150 y est effectué, suivi d’une humidification.

Une fois l’eau complètement évaporée, les retouches de teinture sont réalisées. Par la suite, il suffit de sceller le bois à la grandeur du plancher, et ce, de manière habituelle tout comme le vernissage.

 

Concordance garantie

Comme vous avez pu le constater, la coloration d’un parquet implique davantage de travail pour les artisans.

La préparation des échantillons de couleurs, la coloration de zones de simulation, la validation après du client et le sablage complémentaire sont cependant toutes des étapes fondamentales.

Chez Sélection Bois Francs, nous effectuons chacune de ces opérations avec minutie et rigueur afin de pouvoir garantir à 100 % la qualité du travail ainsi que la concordance de la couleur choisie.

Pour en savoir davantage au sujet des différentes teintures aux couleurs et finis uniques de Bona n’hésitez pas à nous contacter !

Articles similaires

Qu’est-ce qu’un Artisan Certifié Bona
Sélection Bois Francs & Bona : des bases solides
Les techniques pour rafraîchir un escalier de bois

Laisser un commentaire

Obligatoire*