Comment bien vernir un parquet ? – 1ère partie

par Denis Linteau |

Tout comme le sablage, le vernissage est une étape fondamentale lors de la remise à neuf d’un plancher de bois franc.

Bien que les vernis utilisés par les professionnels soient importants pour obtenir un résultat impeccable, les techniques d’application ainsi que la procédure de vernissage le sont tout autant.

Ainsi, un parquet mal poncé révèlera ses défauts au vernissage, mais un plancher bien sablé sera gâché par une mauvaise vitrification.

Faisons le point sur l’art de bien vernir un parquet.

 

Le vernissage : une phase, un continuum

Redonner vie à un parquet est un travail où se succèdent de nombreuses phases et étapes. C’est un véritable continuum : chaque opération aura un impact sur la suivante.

Chez Sélection Bois Francs, nos artisans certifiés Bona connaissent toutes les implications de cet enchaînement précis, et ce, du début jusqu’à la fin du projet.

Grosso modo, la remise à neuf d’un plancher comprend trois phases s’il faut effectuer la coloration du bois c’est-à-dire le sablage, la teinture et le vernissage. Chacune de ces phases est constituée d’étapes.

Dans le cas du vernissage, il faut préparer et sceller la surface, appliquer la première couche de vernis, polir, puis réappliquer la couche de finition du vernis.

Notez que l’utilisation d’huile peut être préférée à celle du vernis. Dans ce cas, on parle plutôt d’un huilage, lequel comporte aussi des étapes spécifiques.

 

La chasse aux particules

La phase de sablage produit de la poussière de bois qui sera plus ou moins captée, selon le type de technologie employée par l’équipe de professionnel.

En raison de l’électricité statique créée par le passage des ponceuses, il arrive toutefois, même avec un système sans poussière, qu’une petite partie des particules restent au sol.

C’est pourquoi il est primordial que les sableurs prennent le temps de bien préparer les surfaces avant leur vernissage.

Cela veut dire, dans un premier temps, de passer l’aspirateur muni d’une brosse adaptée puis de passer une vadrouille à effet statique.

Du coup, les cheveux et autres particules qui auraient pu se trouver sur le plancher sont récupérées.

Les artisans procédant au vernissage doivent également voir à ce qu’il ne reste plus de trace de poussières ni de particules de bois sur eux. Finalement, ceux qui ont les cheveux longs doivent porter un filet.

 

Tous les détails comptent

La préparation d’un plancher passe aussi par sa vérification tactile et visuelle. Un plancher de bois franc mis à nu est sans protection. Des dépôts graisseux peuvent, par exemple, avoir été laissés par un animal domestique.

S’ils ne sont pas nettoyés, ces dépôts réagiront ultérieurement avec les enduits appliqués et pourront altérer l’apparence du parquet.

À cet effet, le scellement du parquet doit habituellement se faire dès l’étape de préparation terminée. S’il est impossible de procéder dans cet ordre, le travail doit être planifié autrement.

Le ponçage de finition doit être remis au lendemain, de manière à pouvoir enchaîner rapidement les étapes suivantes. Enfin, on doit s’assurer qu’il n’y a plus aucune ventilation dans les pièces à vernir.

Question température ambiante, il y a plus de marge de manœuvre. Par contre, en été, il est important de voir à ce que le soleil ne plombe pas directement sur le plancher à travers les fenêtres.

Cela réchauffe indûment le bois par sections et cause le premier enduit liquide appliqué à figer inadéquatement.

 

Le scellement du bois

Le premier liquide à être appliqué sur le bois nu n’est pas un vernis, mais un scellant. Le fabricant Bona propose un scellant à base d’eau et d’acrylique (résine), sans odeur et doux pour l’environnement. À cet égard, il n’excède pas les 200 g de COV par litre.

Comme tout scellant, il a pour fonction, lors de l’application suivante, d’empêcher le vernis de pénétrer trop profondément dans le bois. En somme, il forme une couche de base avant l’application des couches subséquentes.

Dès que l’on applique un enduit liquide sur du bois nu, les fibres de ce dernier se soulèvent en séchant. Le scellant minimise donc cette réaction de soulèvement en s’évaporant rapidement et dans toutes les directions.

Du même coup, il a un effet de scellement. Mais il permet quand même au grain du bois de se soulever suffisamment pour que le vernis puisse s’accrocher, puisse avoir prise sur le feuil devenu rugueux. Un vernis entré trop creux dans le bois risque de donner un fini ayant l’air d’être plastifié, tout comme il peut faire gonfler le bois. Les scellants sèchent habituellement en une heure et demie (dans les pires conditions).

 

Truc de l’expert

Il est important de toujours bien agiter les contenants de scellant avant utilisation et de toujours filtrer le liquide avant de l’appliquer.

Chez Sélection Bois Francs, nous faisons une double filtration : la première avec le filtre qui se trouve sous le bouchon du contenant et qui est fourni par le fabricant et la seconde en faisant couler le scellant à travers un filtre à peinture en papier placé dans un entonnoir.

Par la suite, on utilise un contenant muni d’un bec verseur, un arrosoir par exemple, pour distribuer de façon égale et contrôlée le produit.

 

Le vernissage est un travail d’équipe

Pour toutes les couches de scellant et de vernis, les techniques d’application sont sensiblement les mêmes. La très grande partie de la surface à traiter se fait au rouleau, alors que le découpage est réalisé au pinceau.

Le travail est généralement effectué par deux personnes à la fois. Au niveau du sol, un artisan commence par découper une largeur de 4 po le long d’un mur.

Cette opération ne doit pas se faire trop à l’avance par rapport à la progression de l’autre artisan qui lui, « roule » la surface. Ce dernier travaille debout et verse directement le produit liquide sur le plancher.

Il se sert d’un rouleau à long manche pour étendre le scellant ou le vernis. Chez Sélection Bois Francs, tout l’équipement utilisé, soit les pinceaux, les rouleaux et les manchons, pour réaliser ces étapes est de marque Bona.

 

Savoir  » rouler un plancher « 

Auparavant, les produits à base d’huile avaient tendance à se placer plus aisément d’eux-mêmes une fois versés sur le plancher.

Aujourd’hui, avec les produits à base d’eau, il faut prendre plus de temps pour les appliquer si l’on souhaite obtenir des résultats optimaux.

Pour chacune des couches, il est nécessaire de verser la bonne quantité de produit, d’une façon uniforme. Bona recommande d’utiliser 1 litre d’enduit pour 100 pi carrés de plancher de bois franc à traiter.

Cette étape doit être réalisée à l’aide des manchons à poils moyens de 12 à 15 mm et les manchons ayant servi à appliquer le scellant ne doivent surtout pas être utilisés pour le vernis.

Techniquement, l’artisan attitré au rouleau commence dans l’un des coins du parquet. Il complète des sections de 3 à 4 pi par 3 à 4 pi à la fois, tout en se déplaçant latéralement et en s’assurant que chacune des sections se chevauchent.

Il couvre ainsi une bande allant d’un côté à l’autre du plancher de bois. En somme, les artisans emploient une technique semblable à celle de la peinture d’un mur.

Le mouvement de va-et-vient du rouleau doit se faire sans écraser totalement le manchon au sol. Le « rouleur » ramène le liquide au sol vers lui, puis l’étend dans l’autre sens, ainsi de suite.

Le début d’une nouvelle bande implique également que les sections doivent se chevaucher d’environ 1 pi d’une façon perpendiculaire.

L’artisan qui réalise le découpage valide visuellement l’uniformité de l’application.

 

Maintenant que vous en savez plus au sujet de la technique d’application des vernis et des scellants, vous êtes presque prêts à faire partie de l’équipe de Sélection Bois Francs !

Nous vous fixons rendez-vous dans le prochain article de notre blogue pour obtenir la suite du processus de vernissage de plancher.

Articles similaires

Qu’est-ce qu’un Artisan Certifié Bona
Sélection Bois Francs & Bona : des bases solides
Les techniques pour rafraîchir un escalier de bois

Laisser un commentaire

Obligatoire*